Depending on local circumstances (and local integrity when it comes to say the reality of parliamentary work nowadays), it is considered that 50 to 85% of laws voted in European countries are indeed local implementations of European laws. It is irrational to vote in national elections and not in European elections. Your future is more determined in Strasbourg nowadays than in the local circus of your local assembly. For sure, local politicians provide better entertainment and, so far, national governments still have an important role in Europe. And to become head of state, deputies stand much better chances by playing in the local circus than in the far-away Strasbourg. And still... if you're voting for parliamentary elections, you should rationally pick the European elections rather than the national arena.

Example in relation to the financial crisis, regularly covered in this blog: the recent call for a stronger Europe Europe must take control of banking stress tests by members of the French Council of Economic Analysis or of the German Council of Economic Experts. In spite of numerous European laws and directives on economic matters, national regulators still fragment the continent into a mosaic. Regulatory arbitrage and loopholes do not help Europeans. As remarked, each supervisor will be tempted to pretend its banks are in good shape.

Un billet Dire la vérité avant les élections sur le blog de débat de Pierre Larrouturou et Christian Saint-Etienne est intéressant. Il porte sur la dimension politique, et non plus seulement économique, de l'Europe depuis le traité de Maastricht. Vu que la plainte fréquente contre l'Europe est qu'elle n'est une entité qu'économique, avis aux amateurs...

Enfin, sur le sujet important de la Turquie, je suggère la lecture de Oui, nous avons besoin de la Turquie en Europe ! par Pierre Moscovici et Pierre Weill. Après Elisabeth Guiguou il y a quelques années, voici deux auteurs qui n'ont pas visité la Turquie d'Erdoğan sans fanfare et réception contrôlée. Visitez Istanbul, la ville la plus européennes de Turquie... Si vous sortez des quelques rues pour touristes, et si vous n'êtes pas un politique avec un cercle de bienvenu autour de vous, vous verrez une population feminime oppressée qui doit se battre pour encore exister. Vous verrez des jeunes Kemalistes inquiets de la survie de la laîcité attaquée. Vous verrez l'absence de liberté religieuse ou liberté de conscience. Vous verrez les auteurs (Nedim Gürsel récemment) poursuivis en justice pour les mêmes absences. Alors, si on arrêtait le débat à coup de mensonges, de naîves caricatures, de méconnaissance du terrain remplacée par des a priori ? MM. Moscovici et Weill aborde une question de fond: l'Islam aux frontières de l'Europe. Ils démontrent efficacement que ne pas voir l'Islam en Europe est une erreur. Mais ils n'abordent pas ma crainte principale: le respect de valeurs communes en Europe... Pas la chretienté mais le respect de la liberté de pensée, l'aspiration démocratique (et non théocratique), la reconnaissance des autres Etats, le respect des droits de l'Homme, la reconnaissance des génocides passés (comparez l'attitude de l'Allemagne vis-à-vis des Juifs et celle de la Turquie vis-à-vis des Arméniens)... Peut-on faire la paix avec un vieil adversaire ? Bien sûr. Une histoire de conflits et de différences fait-elle une "histoire commune" ? C'est peut-être aller loin. Déjà les manuels d'Histoire en Europe ne sont pas cohérents. À quel moment décide-t-on de ne plus s'accomoder de la différence et de la voir, de la considérer comme telle ? L'Europe n'a pas vocation à couvrir la planête. Avec les arguments de MM. Moscovici et Weill, chaque nouvel entrant donnera des raisons pour intégrer ses voisins. L'Europe = l'ONU ? Non. Il n'y a pas d'unité politique ou économique avec la Turquie. Bien sûr que nous pouvons vivre en harmonie. L'harmonie n'implique pas à l'identique... Le projet Européen est déjà en difficulté pour y avoir admis des pays qui n'étaient pas réellement prêts, économiquement et politiquement. Ne répétons pas l'erreur. Attendons que la Turquie soit prête. Aux turcs de convaincre. L'entrée dans l'Europe n'est juste pas un droit. Considérer tous les opposants à l'entrée de la Turquie dans l'Europe à court terme n'est pas digne du débat et est une solution de facilité. Allez voir. Suivez l'actualité, l'économie...

Whatever your positions on all these issues, you cannot let others decide for you. Please vote! Your parents, grand parents, ancestors fought for you to have this right. Honour them, it will only take a few minutes of your time.

EU09: tu eliges EU09: it's your choice